En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

2015-2016

Les élèves de seconde 1, lauréats du premier prix de l'Académie pour le concours "Des mots et des choses" !

Par SOAZIG LE FLOCH, publié le vendredi 17 juin 2016 19:25 - Mis à jour le lundi 27 juin 2016 07:59

Bravo les élèves de seconde 1 !

 

Ce mercredi 15 juin, 3 élèves de seconde 1 ont représenté leur classe à Nantes lors de la cérémonie de remise des prix du concours « Des mots et des choses ».

L'objectif de ce concours qui porte sur la maîtrise des langages était de créer une bande son de 3 minutes maximum qui fasse découvrir, en distillant des indices, une notion mystère. Les élèves de seconde 1 avaient choisi de faire deviner l'infini, notion qu'ils ont travaillée cette année en mathématiques.

Et ils ont gagné le premier prix de l'Académie ! Accompagnés de Mme Pintard, proviseure du lycée, et de Mmes Le Floch et Staffalo, qui ont encadré ce projet, ils ont reçu leur prix des mains de Monsieur le Recteur, entre émotion et fierté. Bravo à eux !

 

 

 

Voici le texte final, entièrement rédigé par les élèves, qui a été mis en valeur par différents effets sonores sur la bande son rendue. La forme est celle d'un pantoum, forme poétique retenue par la classe car elle joue sur l'effet de répétition et de cycle qui fait sens, comme un écho, à la notion d'infini.

 

L'écho de l'univers

 

Au dix-septième siècle, je fus dénommé,

Je m'écoule comme le temps et jamais ne m'arrête.

On m'étudiait déjà dans l'Antiquité :

Aux sources de l'univers, on peut mener ma quête.

 

Je m'écoule comme le temps et jamais ne m'arrête

Et le cycle de l'eau perpétue mon écho.

Aux sourc(es) de l'univers, on peut mener ma quête ;

Symbole de l'amitié, on me port' sur la peau.

 

Et le cycle de l'eau perpétue mon écho ;

Capabl' de briser l'homme, j'érode aussi la pierre.

Symbole de l'amitié, on me port' sur la peau ;

Depuis des siècles la science analyse mes mystères.

 

Capabl' de briser l'homme, j'érode aussi la pierre ;

Chez Dante mes cercles peuvent mener en Enfer.

Depuis des siècles la science analys' mes mystères ;

De l'astronaute aussi je forme l'univers.

 

Chez Dante mes cercles peuvent mener en Enfer

Et la mise en abîme me met à l'épreuve. (STOP ! Définition : mise en abîme, procédé consistant à représenter une œuvre dans une œuvre similaire)

De l'astronaute aussi je forme l'univers

Sans pourtant que de moi, nul n'obtienne de preuves.

 

Et la mise en abîme me met à l'épreuve ;

Sous le nom d'Ananta certains m'ont vénéré.

Sans pourtant que de moi, nul n'obtienne de preuves,

John Wallis m'a créé, Cantor m'a baptisé.

 

Sous le nom d'Ananta certains m'ont vénéré ;

Le zéro ceinturé m'imite : misérable !

John Wallis m'a créé, Cantor m'a baptisé,

Aristote a clamé  : c'est irréalisable !

 

Le zéro ceinturé m'imite: misérable !

Mon grand dilemme sont les suites de Zénon.

Aristote a clamé  : c'est irréalisable !

Des choses existantes je déplac' l'horizon...

 

Mon grand dilemme sont les suites de Zénon ;

M'aimer sans me connaître à déclarer Baudelaire.

Des choses existantes, je déplac' l'horizon ;

Buzz l'éclair pense à moi pendant des nuits entières ( et l'au-delà!)

 

M'aimer sans me connaître à déclarer Baudelaire ;

On ne peut m'estimer sinon dans le lointain.

Buzz l'éclair pense à moi pendant des nuits entières ;

Je n'ai pas commencé et ne trouve de fin…

 

Je n'ai pas commencé et ne trouve de fin...

Qui suis-je ? L'eau ? La Beauté ? L'infini ?

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Commentaires

Aucun commentaire