En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

2012-2013

TO BE OR NOT TO BE D'ERNST LUBITSCH - LYCEENS ET APPRENTIS AU CINEMA

Par CAROLINE BRUNELIERE-BARON, publié le mardi 29 janvier 2013 13:39 - Mis à jour le dimanche 12 janvier 2014 17:41

 

LUNDI 10 DECEMBRE 2012 AU MATIN, nous sommes allés à La Gargamoëlle (Le Château d'Olonne) dans le cadre de Lycéens et apprentis au Cinéma avec les élèves de 2nde arts-visuels et la classe de 2nde1. Les élèves ont ri pendant la projection de cette comédie qui traite pourtant d'un sujet grave. Ils ont perçu la nécessité du rire qui dénonce, ainsi que la saveur du jeu du comédien.

LYCEENS ET APPRENTIS AU CINEMA est un dispositif d'éducation au cinéma destiné aux élèves des lycées d'enseignement général, technique, professionnel, agricole, et des Centres de Formation des Apprentis. Il s'appuie sur le volontariat des élèves et des enseignants, et sur un partenariat avec de nombreuses salles de cinéma. L'objectif poursuivi est, non de procurer un simple divertissement aux élèves, mais bien de leur permettre d'acquérir, d'enrichir et de diversifier leur culture cinématographique par la rencontre d'œuvres de qualité, contemporaines ou patrimoniales, françaises ou étrangères, dans leur espace naturel de diffusion. Il permet ainsi à ce jeune public de développer son sens critique ainsi que de parfaire ses pratiques culturelles et civiques.

SYNOPSIS - Varsovie, 1939. La troupe du théâtre Polski, dont les vedettes sont Joseph et Maria Tura, répète une pièce politique, Gestapo et le soir joue Hamlet. L’idylle naissante entre le lieutenant Sobinski et Maria s’interrompt lorsque l’Allemagne envahit la Pologne. En ruines, Varsovie vit sous la terreur du colone Ehrhardt et de la Gestapo. De Londres où il a rejoint la Roya Air Force, Sobinski est renvoyé en Pologne pour tenter d’empêcher le professeur Siletsky, espion à la solde des nazis, de leur livrer une liste de noms qui mettrait la Résistance en péril. Celle-ci ne pouvant intervenir à temps, c’est la troupe de théâtre qui va devoir agir. Les Tura et leurs camarades, mettant à profit les uniformes nazis de la pièce Gestapo, font ce qu’il savent faire le mieux – jouer et représenter – pour mettre Siletsky hors d’état de nuire et berner le colonel Ehrhardt. Au terme de vertigineuses péripéties, toute la troupe parviendra à s’envoler pour la Grande-Bretagne, où elle pourra de nouveau jouer Hamlet.

ÉCRITURE: A L'ORIGINE, ENTRE THEATRE ET CINEMA  To Be or Not to Be entretient des rapports ambigus avec le théâtre dans le processus même de sa création, et ce à différents niveaux. On notera tout d’abord le nombre incroyable de participants au film en lien avec le théâtre, fait loin d’être rare à l’époque, mais qui est ici exemplaire. Les acteurs de To Be or Not to Be n’ignorent rien des mécanismes de la scène et de la vie d’une troupe de théâtre. Tout en étant, par certains aspects, un film sur le théâtre (et non pas un film théâtral), To Be or Not to Be a été écrit pour le cinéma. Les contraintes, notamment liées à l’utilisation de l’espace et à l’unicité des lieux, ne sont qu’apparentes et résultent de choix cinématographiques. On notera d’ailleurs les fréquents changements d’espaces et de temporalités, l’utilisation de la voix off et du flash-back, peu compatibles avec un dispositif théâtral comme matériau original.

Précisons pour finir que To Be or Not to Be a lui-même été adapté : en pièce radiophonique en 1943, en films et, inévitablement, en pièce de théâtre. François Truffaut mettait quiconque au défi de raconter To Be or Not to Be. Les films de Lubitsch, carburant à l’intelligence, s’adressent à celle du spectateur.

Lien: http://lac.premiersplans.org/

Catégories
  • Lycéens au cinéma